LOW COST Description : Description : Description : Description : Description : 1etoileDescription : Description : Description : Description : Description : 1etoile

France (2011)

89 minutes

Réalisé par :

Maurice Barthélemy

Avec :

Jean-Paul Rouve, Judith Godrèche, Gérard Darmon

Scénario :

Maurice Barthélemy, Hector Cabello-Reyes

Directeur de la photo :

Steeven Petitteville

Musique :

B52's (eh oui…)

 

 



Sur le point de décoller pour rentrer en France, les passagers d'un vol low cost Djerba-Beauvais apprennent la faillite de leur voyagiste. Attente interminable, confinement, clim' en panne… la révolte gronde.

 

 

Les nostalgiques du cinéma des années 70 et des soirées télé des années 80 se rappellent sans doute avec émotion de films tels Airport, 747 en péril ou même le nanardesque Airport 80 Concorde avec Delon aux commandes (!). Sous-genre à part entière du film catastrophe, le film d'avion connaissait alors un véritable âge d'or : on y détournait, terrorisait, mitraillait, sabotait ou paniquait allègrement à 35 000 pieds, jusqu'à ce que le trio Zucker/Abraham/Zucker mette un hilarant point final à toutes ces sauteries aériennes avec l'insurpassable Y a-t-il un pilote dans l'avion ?. Difficile de ne pas voir une filiation entre l'absurde chef-d'œuvre des ZAZ et Low Cost de Maurice Barthélemy. De l'aveu même de ce dernier, bien que les deux films partagent un humour décalé et une structure en micro-histoires, l'illustre aîné est plus délirant que son descendant contemporain, qui a plutôt vocation à plaire à un public plus large, au risque d'avoir le cul entre deux strapontins. Si Y a-t-il un pilote dans l'avion ? est très imprégné d'humour juif new-yorkais, cultivant la parodie et surtout l'autodérision (à l'image de Robert Hays, son attachant héros loser), Low Cost s'inscrit dans une tradition française de caricature et de dérision sur l'autre plus que sur soi, à l'image, là aussi, de son antipathique antihéros incarné par Jean-Paul Rouve. Avocat détestable, prof de géo, petit dealer, CRS black, ado gothique, militaire bodybuildé, nain rattophile, altermondialistes pouilleux, vieux conspirationniste, beauf à collier de barbe (la liste est non exhaustive), tel est en vrac l'aréopage hétéroclite réuni par Maurice Barthélemy dans son odyssée aéro-franchouillarde.

 

Même s'il ne vole pas toujours très haut, Low Cost est néanmoins souvent drôle, et parfois si juste dans le trait que l'on ne sait si l'on doit rire ou pleurer d'appartenir à un peuple capable d'engendrer de tels spécimens, en lesquels on reconnaît forcément quelqu'un croisé un jour ou l'autre, à défaut de s'y reconnaître soi-même (mention spéciale à François Burloup et surtout Blanche Gardin dans une composition que n'aurait renié feu Philippe Muray). Parmi ces freaks transpirant et cabotinant, très bons pour la plupart, Jean-Paul Rouve et Judith Godrèche héritent paradoxalement des rôles les moins intéressants, voire les plus flous, quand seul Gérard Darmon apporte au film un peu de classe et même quelque chose de touchant dans son personnage sur mesure d'ex-pilote de ligne. Côté scénario, Low Cost oscille entre trous d'air, perturbations et pilotage automatique, l'ensemble ressemblant plus à une suite de sketches ponctuée de quelques rebondissements qu'à une intrigue à proprement parler. Naviguant quelque part entre les Robins des Bois (forcément), Astérix en Hispanie et l'émission Palace, le film de Maurice Barthélemy est un objet cinématographique un peu étrange, low cost au sens propre, mais c'est peut-être là ce qui fait son charme et pourrait lui faire connaître une carrière comme La cité de la peur, tant les bons gags et bons mots y foisonnent, ce qui n'est malgré tout pas un mince exploit pour une comédie made in France.

 

Fabien Montes